Prendre soin de ses bijoux
Petite encyclopédie des pierres
Petite encyclopédie des métaux
   - Or
   - Argent
   - Platine
   - Vermeil
Guide des pierres de naissance
Accueil > En savoir plus > Petite encyclopédie des métaux

OrOR

Histoire :

L'Homme utilise l'or depuis la fin de la Préhistoire. C'est un des premiers métaux colorés reconnus par les métallurgistes de l'Antiquité avec le cuivre et le bronze.

L'or, extrait en quantités très faibles du Nil, était essentiellement utilisé lors de la confection de parures et ornements religieux.

On retrouve ainsi des amulettes précieuses dans de nombreuses tombes égyptiennes et notamment dans celles de Toutankhamon et de Ramsès qui se firent enterrer avec des masques mortuaires tout en or.

L'or fut ensuite utilisé comme monnaie par les Etats. Les premières pièces furent frappées en 635 avant JC par les Lydiens, en Asie Mineure.

Ces derniers utilisaient un mélange naturel d'or et d'argent appelé electrum. Puis ils apprirent à séparer les deux métaux pour en extraire seulement l'or, presque pur.

Cet usage se répandit ensuite en Perse, en Grèce puis dans l'ensemble du monde antique durant la période hellénistique. L'or, à côté des monnaies d'argent, de bronze et de cuivre de moindre valeur, fut utilisé comme monnaie en Occident jusqu'en 1973, date à laquelle il devint une monnaie de réserve internationale seulement.

L'utilisation religieuse de l'or persista pendant des siècles. À l’instar des Grecs, les Germains enterraient leurs chefs en leur glissant une pièce d'or dans la bouche et certains membres des hautes classes de la société possédaient des bijoux (fibules, boucles, bagues et sceaux) et de la vaisselle en or, signe d’apparat et de réserve monétaire.

De la plus haute Antiquité à la Renaissance, les alchimistes tentèrent de créer de l'or à partir d'autres matières, comme le plomb ou le mercure, en utilisant l’hypothétique substance chimique de la pierre philosophale. 

La recherche d'or constitua l'une des raisons de la rapide conquête du continent américain. Ainsi, Hernán Cortés entreprit la conquête de l'Empire aztèque et s’empara de l’or que possédait l'Empereur. Une grande quantité de ce précieux métal, affluant des mines du Nouveau Monde, fut envoyé à Charles Quint et assura la richesse de l’Espagne et du Portugal au début de la période moderne.

Bien après, d’autres États européens, tels la France et la Grande-Bretagne commencèrent à se passionner pour le fameux métal jaune. À la même époque se diffusa la légende de l’Eldorado, contrée mythique d'Amérique du Sud supposée regorger d'or.

Les ruées vers l'or auront marqué l'histoire planétaire de l'économie monétaire. Au milieu du XIXe siècle, une « gold rush » se déclara en Californie et contribua pour une part à la conquête de l'Ouest américain et à la croissance démographique et économique de nombreuses villes californiennes, dont San Francisco.

Aujourd’hui, l'or conserve un rôle économique non négligeable. Il est coté dans les principales bourses occidentales, à New York, Londres et Tokyo notamment.

Il conserve également ses fonctions ornementales à travers la fabrication contemporaine de médailles, de bijoux, et de l’usage de la dorure d’objets et de monuments.

L'or a pour finir une fonction technique majeur dans de nombreuses productions, notamment en odontologie et en électronique en raison de sa très bonne tenue face à la corrosion et de son excellente conductivité électrique.

Provenance et extraction :

On le trouve principalement en Amérique du Nord et du Sud, en Chine, Indonésie et Australie. Son extraction reste majoritaire aux mains de grands groupes et les méthodes d’extraction sont périlleuses et polluantes. Toutefois, il existe une prise de conscience importante depuis la création du label « or éthique », « fairmined gold » en 2005.

L’or équitable ou éthique provient du travail d’artisans regroupés au sein d’exploitations minières artisanales, qui constituent de véritables communautés.

Cet artisanat se distingue de l’activité minière industrielle détenue par de grands groupes internationaux et qui apporte très peu de revenus à l’échelle locale.

Les technologies utilisées sont responsables d’un point de vue environnemental avec une utilisation raisonnable et responsable des réactifs tels que le cyanure et le mercure, nuisibles pour l’environnement.

Les créateurs de bijoux commencent à s’approvisionner de plus en plus fréquemment en or éthique ou recyclé.

L’or recyclé provient de la refonte et réutilisation de bijoux et pièces d’orfèvrerie anciennes.

Couleurs :

La couleur de l’or dans la fabrication des bijoux varie beaucoup. Il est généralement jaune, blanc ou rose mais peut se décliner dans des tons plus originaux comme le rouge, le vert, le bleu ou le noir. Ces couleurs sont obtenues en alliant l’or pur à du zinc, du cuivre, du nickel, du palladium ou encore du cobalt.

Caractéristiques :

L’or est une matière très malléable mais pur, il est trop mou et impossible à travailler en joaillerie. Afin de pouvoir créer des bijoux, il doit donc être mélangé à d’autres métaux. La pureté de l’or est alors déterminée selon le carat. Un carat correspond à 1/24e de la masse d’un alliage. L’or peut donc être classé selon ces différents carats.

L’Etat français a récemment autorisé la commercialisation de bijoux en or 9 carats pour correspondre à la règlementation européenne. Les bijoux en or 9 carats ne contiennent que 37,5% d’or dans l’alliage. Ils sont reconnaissables par un poinçon en forme de trèfle.

Viennent ensuite l’or 10 carats (41,69 % d’or pur dans l’alliage) et l’or 14 carats (contenant 58,3% d’or pur et marqué par une coquille Saint Jacques).

C’est l’or 18 carats qui est utilisé traditionnellement en joaillerie. Son alliage est constitué de 75% d’or pur. Il est idéal à travailler car il est rigide, inoxydable et non allergène. Son poinçon représente une tête d’aigle.

Certains bijoux sont également produits en or 22 carats, en Inde en particulier. Ils sont reconnaissables à leur couleur jaune intense et sont marqués par une tête d’aigle dans un rectangle biseauté. Chez WHITE bIRD, la créatrice Cathy Waterman l’affectionne particulièrement.

Enfin, l’or 24 carats est parfois utilisé pour réaliser des petites parties d’un bijou. La créatrice Karen Liberman par exemple sertit ses pièces de monnaies anciennes avec de la feuille d’or 24 cts.

Précautions et entretien :

Nettoyer ses bijoux en or est très facile. Il suffit de tremper le bijou dans un petit bol d'eau chaude et savonneuse et de l’y laisser quelques minutes afin que les traces soient éliminées.

On peut également utiliser une brosse à dents à poils souples pour les parties serties où les dépôts se font plus facilement. Après avoir été rincé à l'eau claire, le bijou doit être séché avec un chiffon doux.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience et recueillir des informations statistiques sur votre navigation. Si vous continuez de naviguer sur le site, nous considérons que vous acceptez leur utilisation. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.
x