Spécialiste de la joaillerie de créateurs à Paris.
Catégories

Rencontre précieuse : Catherine Lévy

C’est aujourd’hui Catherine Lévy qui se prête au jeu de notre interview. La créatrice des bijoux Dorette propose ses bijoux chez WHITE bIRD depuis de longues années par conséquent il était grand temps de lui consacrer une de nos rencontres précieuses.
Pour nous, elle revient aujourd’hui sur ses premiers pas dans le monde du bijou, ses premières créations et ses inspirations multiples et variées.
Un entretien vivant et coloré, riche en savoir et en anecdotes, à l’image de Catherine et de ses bijoux !

 

Un bijou qui vous rappelle votre enfance ?

Les bijoux de Torun, une orfèvre suédoise qui travaillait le verre de couleur et l’argent. Ma mère en portait et j’adorais leurs couleurs transparentes et acidulées. Il y avait aussi les bijoux Navajo en turquoises… J’aime toujours beaucoup ces pierres.

Quelle est la première pièce que vous avez créée ?

Une broche avec un caillou et une épingle tordue (au prix d’intenses efforts jamais oubliés) vers quatre ans… Les rivières de pois chiches repeints avec le vernis à ongles rose nacré de ma grand-mère vers six ans… Les colliers en crottes de lapin sèches vers huit ans… Puis les bijoux en perles de rocaille vers dix ans, et ainsi de suite… Depuis je n’ai plus arrêté, et j’espère continuer toujours.

67e42dfcd97517a5162a28672e69b4c2

Quelle est votre pierre favorite et pourquoi ?

Bizarrement, c’est le diamant, parce qu’il est le plus solide. C’est comme si je pouvais compter dessus… C’est la seule pierre qui résiste vraiment au feu. Il renvoie la lumière de manière si intense, même quand il est gris, brut, taillé un peu sauvagement. Mais j’adore presque toutes les pierres, leurs couleurs me mettent l’eau à la bouche. Je trouve incroyable qu’il faille creuser la terre pour les trouver, alors qu’elles semblent venir du ciel et de la lumière.

gif1

gif2

 

Une pièce dont vous ne vous passez jamais ? 

Il me faut au moins une bague Oeil car je suis un peu superstitieuse… Et la petite bague en diamant que j’ai fabriquée il y a très longtemps, toute simple, que je ne quitte jamais. Et bien sûr une bague Fleur en chips de diamants, et encore quelques bagues Simples pour leurs couleurs, un bracelet Souriant pour garder le sourire, une bague Jardin pour me souvenir que l’été va revenir, et des boucles d’oreille bien sûr : si je n’en porte pas, j’ai l’impression d’être en pyjama! Sans parler du Collier de la Reine… Bref, je n’ai pas assez de doigts, de poignets ni d’oreilles. Quelle chance de créer ses propres bijoux…

Quels sont vos créateurs de bijoux favoris ? 

Comme j’adore les bijoux en général, j’ai tendance à beaucoup aimer leurs créateurs, mais celle que j’admire le plus est Line Vautrin. Ses pièces sont magiques. Elle fabriquait ses pièces elle-même, et elle a inventé, grâce à un procédé technique qu’elle a mis au point toute seule, une matière spéciale, magnifique, mystérieuse, qu’elle a nommée et brevetée, le Talosel. Comme moi, qui suis aussi designer d’objets (pour Tsé & Tsé associées), elle créait aussi bien des miroirs et des boîtes que des bijoux et des accessoires et adorait bidouiller dans son atelier. Et en plus, elle n’avait aucun sens des affaires, ce qui ajoute encore à son charme.

Fullscreen-capture-12062013-134521

Vos influences les plus marquantes en matière de design ?

Les bijoux anciens en général ou populaires, qu’ils soient indiens ou français, vietnamiens ou irlandais. Pour me séduire, un bijou doit diffuser une certaine naïveté, un peu de mystère, tout en faisant un clin d’œil… Mais j’aime aussi les bijoux qui ont constitué une petite révolution, comme les boucles d’oreille Punaise de Jean Dinh Van, ou les pierres précieuses multicolores et acidulées de Marie-Hélène de Taillac, sertis de façon épurée et quand même espiègles.

 

Chez Raj

Image-2

Qu’écoutez-vous dans votre atelier ?

Plein de choses différentes, mais qui font voyager, dans le temps ou dans l’espace: des disques de danse du ventre, des musiques qui évoquent d’autres contrées comme celles de l’Attirail ou de Joseph Racaille, du rock classique comme Patti Smith ou Violent Femmes, de la vieille pop comme Syd Barrett ou Kevin Ayers, c’est vraiment très éclectique! Et France Culture en plus, (mais pas en même temps).

IMG_7469

Photo Alexandre Bailhache

 

Si vous n’étiez pas designer de bijoux, qu’auriez-vous fait ?

Plein de choses évidemment : déjà, je suis aussi designer d’objets pour la maison, j’aime dessiner mes vêtements, j’adorais les coudre quand j’avais le temps, et j’aimerais encore écrire, en autres.

Une ou des personnalités réelles ou imaginaires qui vous inspire(nt) ?

Phoolan Devi, tout à fait réelle, une Indienne qui a refusé de se soumettre aux règles injustes de la société, en commençant par celles de son village. Analphabète, pas spécialement belle, elle a été kidnappée, violée, battue… Mais elle a largement pris sa revanche en devenant bandit de grand chemin et a traqué et puni tous ses ennemis. Après quelques années hors-la-loi, passées à cheval dans les ravines avec sa bande (constituée d’hommes…) et à racketter les riches des villages pour la plus grande joie des pauvres qui la prenaient pour une déesse, elle s’est rendue, et après quelques années de prison, elle est devenue députée. Cette histoire extraordinaire finit tragiquement par son assassinat à Delhi. Quand même, je pourrais citer pléthore de femmes plus pacifiques qui m’inspirent, comme Sarah Bernhardt.

dernier-souffle-phoolan-devi

2500x2500_543be047158aa

 

Une destination qui vous fait rêver pays où vous rêveriez de vous installer ?

Je pourrais encore faire une liste interminable, de l’Ecosse à l’Egypte, des villages turcs aux montagnes japonaises… Merveilleuses sources d’inspiration que sont les voyages.

 

Crédits photos : Alexandre Bailhache


Ecrire votre commentaire

Vous aimerez aussi
© COPYRIGHT - 2017 WHITEBIRDJEWELERY . ALL RIGHTS RESERVED